Avertir le modérateur

29/11/2007

La justice, ce n'est pas pour les victimes !

Préalable : Ici, il n'est pas question des conflits "économiques" (prudhommes, droits des affaires, droit des particuliers etc) mais plutot des crimes et des délits.

 

Notre président, vient lors de son allocution de se poser comme "du côté des victimes". Bon ok, ce n'est pas une nouveauté. Mais c'es très dangereux de se poser ainsi. Pourquoi?

 

Prenons un peu de recul et posons nous la question de l'intérêt général de la société française. A quoi celà sert-il de condamner quelqu'un? D'abord à éviter qu'il ne recommence, et par l'enfermement éventuel à ce qu'il ne constitue plus une menace pour la société. Egalement à dissuader en amont les actes illégaux par la menace de la sanction. Mais aussi à éviter que les gens soient tentés de procéder à de l'auto-justice, c'est à dire à se faire justice eux-même.

Ce dernier point implique une chose : que tout acte illégal soit sanctionné. Rien n'est pire pour une victime que de penser que le coupable est impuni et rien ne peut donner plus l'envie de choisir soit même une sanction pour le coupable.

 Mais pour parer à la récidive et pour conserver sa force de disuasion, la sanction ne doit surtout pas être pris en fonction des désiratas de la victime, mais bien au contraire en fonction du condamné et de sa situation.

 

Pour un col blanc qui a détourné de l'argent, la prison est généralement plus disuasive qu'une sanction financière.

Pour un jeune délinquant récidiviste, un centre d'éducation fermé/renforcé/militarisé (choisissez selon votre couleur politiqiue..) a plus de chance d'en faire quelqu'un de bien que de l'envoyer en prison cotoyer d'autres criminels.

 Par contre, tous les actes violents, qui mettent en danger les personnes, ne doivent qu'aboutir à des sanctions d'enfermement. Et bien que toutes les peines doivent avoir une durée limitée, on ne peut relacher quelqu'un qui à sa sortie constitue toujours une menace pour la société. Je n'ai malheureusement pas de solution toute faite pour ces cas là, mais il faut en trouver...

 

La justice est là pour servir l'intérêt de la société, avant celui des victimes ! 

 

 

 

26/11/2007

Gautier-Sauvagnac et l'UIMM : une affaire qui se mange froide

En se promenant sur le site du Figaro, on apprend que monsieur Gautier-Sauvagnac a été entendu par la brigade financière

Qui est-ce au fait? Comme d'habitude, Wikipedia est tout de suite à jour, par la rédaction du figaro visiblement, au vu de l'abondance de lien vers ce site. Pour le constater cliquez ici

 

Dans cet article du Figaro, on apprend que : " À ce jour, ces pièces n’ont permis que de confirmer les mouvements bancaires déjà détectés par Tracfin depuis avril 2004". Notez le "que", c'est donc un fait minimal que Tracfin,  un organisme du ministère des finances, sache depuis 3 ans que le dirigeant de l'UIMM retirait des centaines de milliers d'euros en liquide par an...

Le Figaro a d'ailleurs jugé ce fait tellement minimal, qu'il faut lire le Marianne de cette semaine pour savoir que Sarkozy puis Breton (les ministres de l'économie successifs) ont expliqué à Tracfin ces dernières années qu'il était urgent d'attendre sur cette affaire. Dans le fond ce n'est pas surprenant, car beaucoup de monde risque d'être impliqué : les syndicats de patrons, de salariés et les hommes politique, parti socialiste compris!

 

Le plus intéressant finalement, c'est qu'en fait l'UIMM, l'union des industries des métiers de la métallurgie, n'est pas une obscure succursalle du MEDEF mais plutôt sa maison mère! En termes financement, cette dernière dispose en effet d'un trésor de guerre de 600 millions d'euros face aux 32 millions de budget annuel du MEDEF...En général, c'est pas le plus pauvre qui commande!

 Vous avez regardé le 20h de France 2 ou de TF1 ces derniers jours? Vous en avez entendu parlé? Ben pas moi et pourtant j'ai cherché....

24/11/2007

Piratage : l'accord qui va tuer l'industrie!

Il y aurait de quoi écrire des pages et des pages sur le sujet, la diffusions de musique et de films sur internet en libre accès (non payant) est aujourd'hui largement répandue...

Notre président, souhaitant donc faire cesser ces activités illégales et portant atteinte principalement aux distributeurs ainsi qu'aux maisons de production à donc confié au président de la FNAC une mission afin de faire stopper les exactions des pirates du net. Les associations de consommateur on également été entendue, mais pas vraiment écoutées puisqu'elles se sont toutes déclarées contre les conclusions du rapport.

 De plus, ce vendredi, les fournisseurs d'accès internet (FAI) ont contre signé un ensemble avec les producteurs et distributeur afin de mettre en place du filtrage, de la surveillance et aussi la fameuse riposte graduée. C'est à dire une forme de juridiction "spécial internet" qui après quelques avertissements aura le droit de vous coupez votre connexion et de vous blacklister auprès de l'ensemble des Fournisseurs d'accès.

Cet ensemble est assurément tourné vers le tout répressif, liberticide et j'en passe...Pour une connaissance complète du dossier, lisez l'excellent article de PC INPACT 

 

Mais le pire, en supposant que les choses restent en l'état, c'est que l'industrie c'est véritablement tirée une balle dans le pied. Vous croyez vraiment que grâce à cette "autorité super-spéciale" vos ventes vont augmenter? Que néni.

Les partisans pur et dur du "tout gratuit" ne changeront pas leur attitude. Simplement ils utiliserons des moyens plus sécurisés afin de ne pas être détectable. C'est un peu comme le dopage, en général les autorités ont toujours une longueur de retard...

Monsieur et madame tout le monde, qui n'auront pas le plus souvent les connaissances "techniques" suffisante pour s'immuniser contre le risque répressif, risquent eux d'avoir un comportement encore plus dangereux : s'adonner au joie des petites productions privées et indépendantes. Comme par exemple sur le site Jamendo  ou même dailymotion (qui n'a pas signé l'accord) où nombre de particuliers proposent multiples caricatures, résumés s'appuyant sur le droit à la citation etc... Le clip de Kamini en est l'exemple le plus flagrant.

Les plus gros artistes, habituelles vaches à lait des maisons de disquent, vont comme radiohead quitter leur maison de disque pour s'autoproduire et mettre leur disque à disposition des internautes à un tarif défiant toute concurrence (en l'occurence, au prix que vous souhaitez pour ces derniers, éventuelleement 0€ :)

 

Bref les maisons disques vont continuer à voir leurs revenus s'éffondrer. L'ensemble des consommateurs et une bonne partie des députés était pourtant près à leur offrir un revenu régulier et garanti appelé "la licence globale" mais ils n'en ont pas voulu. Tant mieux pour nous : le jour ou la filière se rendra compte que c'est leur seul moyen de survie, la licence nous coutera moins cher :)

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu